Pourquoi et comment se reconnecter à son enfant intérieur ?

L’enfant intérieur est une représentation symbolique de l’enfant que nous avons été. C’est une partie de nous qui s’exprime dans nos relations aux autres. En effet, force est de constater que nous réagissons parfois de manière surprenante. Lorsque les situations nous dépassent, nous régressons, c’est-à-dire que nous nous comportons comme des enfants. Que ce soit sur le lieu de travail, dans une relation amoureuse ou avec la famille, nous pouvons adopter des comportements qui nous tirent vers le passé. Dans ce cas, il suffit d’un mot ou d’un geste pour réactiver les blessures de notre enfant intérieur.

Dans cet article de blog, je vous explique pourquoi il est important de prendre soin de votre enfant intérieur. De cette manière, vous pourrez cicatriser des blessures du passé pour vous libérer des schémas douloureux qui se répètent malgré vous dans votre vie.

Qu’est-ce que l’enfant intérieur ?

  • La définition de l’enfant intérieur

L’enfant intérieur est un concept utilisé dans un travail thérapeutique pour guérir les blessures profondes liées à l’enfance. En effet, l’enfant intérieur peut être perçu comme l’enfant que nous avons été qui vit toujours à l’intérieur de nous. C’est une représentation psychique qui regroupe l’ensemble des croyances développées pendant l’enfance ainsi que les charges émotionnelles associées à nos expériences de vie.

  • Les origines de l’enfant intérieur

Selon Carl Gustav Jung, célèbre psychiatre, l’enfant intérieur est avant tout un archétype. En d’autres termes, c’est une représentation symbolique présente dans l’inconscient collectif à travers différentes civilisations. Par exemple, Peter Pan est un archétype de l’enfant farceur qui aime jouer et faire des blagues pour s’amuser. Dans les contes et les mythes, les enfants sont bien souvent des sauveurs. Ils portent en eux cette innocence qui est source de transformation. De la même manière, l’enfant qui vit en nous possède la capacité de s’émerveiller de tout. Ainsi, nous pouvons continuellement changer notre perception pour aller de l’avant et devenir la meilleur version de nous-mêmes.

Inspiré des travaux de Carl Jung, Eric Berne, père fondateur de l’analyse transactionnelle, intègre le concept de l’enfant dans les trois états du Moi. L’enfant ressent et représente le domaine des émotions et de l’intuition. L’adulte pense et représente le domaine de l’expérience. Le parent dicte les règles et représente le domaine de l’apprentissage. Les trois états du Moi, l’enfant, l’adulte et le parent, s’expriment à travers nous dans nos relations aux autres.

De plus, l’état du moi enfant est multiple et se présente sous différentes formes. L’enfant rebelle s’oppose et prend le contre-pied de ce qui est proposé. L’enfant soumis s’efface devant les autres et respecte les règles alors que l’enfant victime lui, est plaintif. Quant à l’enfant libre, il fait preuve de créativité et s’exprime librement car il se sent en sécurité et en confiance. Par conséquent, tout travail thérapeutique a pour but de stimuler l’enfant libre et créatif que nous sommes pour le laisser s’exprimer davantage au quotidien.

  • L’enfant intérieur en thérapie

Les expériences vécus pendant l’enfance peuvent nous amener à abandonner un aspect de nous. Bien souvent, nous nous sommes coupés de cet enfant intérieur qui vit en nous pour nous adapter à l’environnement dans lequel nous avons évolué. John Bradshow, dans son livre « Retrouver l’enfant en soi » (2013), nous invite à explorer les différents stades du développement pour identifier à quel moment les besoins de notre enfant intérieur ont été ignorés. De cette manière, nous pouvons recréer du lien avec cet aspect de nous qui a été délaissé pour répondre aux attentes de notre environnement.

Pourquoi est-il important de contacter son enfant intérieur ?

Nos expériences de vie sont là pour nous permettre de nous reconnecter à toutes les parties de notre être, y compris à notre enfant intérieur. En effet, rétablir le dialogue avec notre enfant intérieur est essentiel pour apaiser ce qui est en souffrance. De cette manière, nous pouvons identifier quand et comment nous avons développé une perception erronée de ce qui est. Par exemple, à quel moment l’enfant que vous avez été a cru qu’il n’était pas digne d’être aimé ? Qu’il n’était pas légitime ? Quelles sont les expériences associées à ces sentiments ?

Ainsi, prendre soin de notre enfant intérieur revient à contacter notre innocence afin que l’âme-agit puisse de nouveau prendre place dans nos vies. Par conséquent, prenons le temps de guérir de nos blessures, des 5 blessures de l’âme identifiées par Lise Bourbeau (2013) : le rejet, l’abandon, l’injustice, la trahison et l’humiliation.

C’est un travail intérieur qui nous amène à devenir notre propre parent en prenant la responsabilité de ce que nous ressentons. De cette manière, nous nous libérons progressivement de la honte et de la culpabilité qui nous emprisonnent. Nous commençons à retrouver notre autonomie émotionnelle pour répondre de manière créative, et non plus de manière réactive, à la Vie.

5 approches pour se reconnecter à son enfant intérieur

  • La visualisation

Pour commencer, prenez le temps de vous détendre grâce à une méditation. Cela vous permettra de calmer le mental et de lâcher les tensions accumulées dans la journée. De cette manière, vous vous rendez disponibles à vous-même pour accueillir votre vulnérabilité.

Ensuite, laissez venir spontanément une image de l’enfant que vous avez été. Cet enfant peut avoir 3 ans, 6 ans, voire 15 ans. Peu importe, tout ce qui émerge de votre conscience est juste et mérite votre attention. Une fois que vous parvenez à visualiser votre enfant intérieur, vous pouvez créer un lien de cœur à cœur avec lui. Cela facilitera votre échange pour dialoguer avec lui. Puis, verbalisez ce qui vous tient à cœur avec sincérité, écoutez votre enfant intérieur et ce qu’il a à vous dire. Vous pouvez le rassurer, le réconforter ou bien le prendre dans vos bras.

Pour finir, dites-lui au revoir tout en lui faisant savoir que vous êtes présents pour lui à l’écoute de ses besoins. C’est un très bel exercice qui vous aidera à exprimer des émotions refoulées.

  • Le dessin

A la suite de cette visualisation ou indépendamment de cet exercice, prenez une feuille de papier pour faire un dessin. Vous pouvez ajouter de la couleur avec des crayons ou des feutres pour personnaliser votre dessin. L’idée, c’est de donner vie aux images présentes dans votre esprit afin de clarifier ce qui se passe en vous.

Autorisez-vous à mettre sur papier ce que vous voulez sans chercher à faire quelque chose de parfait. Ainsi, vous prenez contact avec votre enfant intérieur qui s’exprime dans un langage qui lui est familier, celui des émotions, de l’imaginaire et de l’intuition. Cela vous permettra de déposer ce que vous ressentez autrement qu’avec des mots pour voir les choses sous un autre angle.

D’une certaine manière, vous ouvrez le champ des possibles, surtout si des blocages verbaux sont présents. Vous vous donnez la liberté de matérialiser vos images intérieures pour faire des liens entre vos expériences passées, votre état présent et vos aspirations futures. Ainsi, les images ou les formes créées vous permettront de mettre en lumière des aspects de vous-mêmes encore inexplorés.

  • L’écriture

Ecrire est également un bon moyen d’entrer en contact avec votre enfant intérieur. Lorsque l’écriture est spontanée, elle vous permet de clarifier vos pensées pour remettre de l’ordre dans votre esprit. Les mots choisis peuvent vous aider à faire des liens avec votre histoire.

Mettre des mots sur vos maux est thérapeutique dans le sens où vous accordez de l’attention à ce que vous ressentez pour ne plus ignorer vos besoins. Vous pouvez laisser votre plume à l’enfant qui vit en vous pour lui donner la parole sans jugement et avec bienveillance. De cette manière, il se sentira pris en considération.

Vous avez également la possibilité de lui écrire une lettre. C’est une autre manière de dialoguer avec lui. Qu’aimeriez-vous dire à votre enfant intérieur ? Quelles sont vos préoccupations ou vos prises de conscience ? C’est une approche alternative ou complémentaire au discours oral lorsque celui-ci est trop difficile ou douloureux.

  • La danse

La danse est une pratique corporelle qui favorise la libre circulation des énergies en soi. De cette manière, vous déjouez tout mécanisme de défense piloté par le mental pour exprimer vos émotions, telle que la colère ou la joie, à travers le corps. Ce qui compte dans cette approche, c’est le mouvement qui libère les émotions et les sentiments réprimés sans faire intervenir le mental.

Ainsi, vous explorez des parties de vous-mêmes en étant dans l’accueil de ce qui vous anime. A travers la danse, vous traversez un processus de désinhibition pour progressivement occuper votre place à l’intérieur de vous. Néanmoins, cet exercice peut être difficile si vous avez tendance à vous auto-censurer ou à porter un jugement dur sur vous-même.

Conclusion

Pour conclure, prendre soin de votre enfant intérieur, c’est prendre soin de vous. Vous reconnecter à cette partie de vous-même vous aidera à mieux vous comprendre pour aborder la vie autrement. Ainsi, vous pourrez cicatriser de vos blessures, celles qui sont à l’origine des schémas que vous répétez de manière inconsciente dans votre vie.

Pour aller plus loin, je vous recommande le livre suivant :

Est-ce que cet article vous a plu ?

N’hésitez pas à l’épingler pour le relire plus tard si vous en ressentez le besoin !

Hypersensibilité test - hypersensibilité émotionnelle - gérer son hypersensibilité

You Might Also Like

Leave a Reply

error: Content is protected !!